shopping-bag 0
Articles: 0
Sous-total: 0.00 $
Voir le panier Check-out

Single Blog Title

This is a single blog caption

Judokas ayant une déficience visuelle

Possibilité pour les judokas ayant une déficience visuelle

Tom Thompson, entraîneur national de judo pour athlètes ayant une déficience visuelle

Je suis persuadé qu’un grand nombre de judokas, expérimentés ou moins expérimentés, ne sont pas au courant des occasions et des possibilités qui s’offrent à eux et dont ils sont ainsi privés. La plupart des dojo-shus connaissent très peu ou ignorent carrément l’existence du programme de judo pour athlètes ayant une déficience visuelle actuellement en vigueur au Canada. J’ai l’intention de faire connaître cette possibilité au plus grand nombre de personnes possible, qu’elles aient elles-mêmes une déficience visuelle ou qu’elles s’entraînent en compagnie d’un judoka ayant ce type de déficience sans même le savoir.

Dans le prochain calendrier, l’équipe canadienne de judo pour athlètes ayant une déficience visuelle a ajouté un joueur de grande valeur à son alignement. Je n’avais jamais remarqué ce judoka, bien que nous ayons eu quelques contacts, aussi brefs soient-ils, au cours des dernières années. Je ne me suis jamais douté que Tony Walby avait une déficience visuelle jusqu’au jour où j’ai constaté qu’il utilisait une aide visuelle pour lire du texte régulier. Tony avait obtenu, entre-temps, le statut d’athlète ayant une déficience visuelle en vertu des critères de l’ISBA.

Au cours des dernières années, il naviguait le monde comme si de rien n’était et très peu de gens auraient pu se douter que sa vision se détériorait. Aujourd’hui, même en sachant tout cela, son handicap reste difficile à discerner.

À la la lumière de cet exemple, vous remarquerez peut-être dans votre entourage une personne vivant des circonstances comparables, ou peut-être êtes-vous cette personne. Pour cibler les athlètes potentiels ayant une déficience visuelle, il n’est pas nécessaire qu’elles se promènent avec un chien-guide et une canne blanche (bien que cela constitue un très bon indice). On peut simplement se fier aux critères suivants :

  • la personne ne peut obtenir de permis de conduire;
  • la personne porte des lunettes dont les verres sont très épais;
  • la personne ne voit pas bien sans instrument (lunettes ou lentilles cornéennes);
  • la personne a de la difficulté à discerner les changements de luminosité ambiante (trop claire ou trop sombre);
  • la personne possède une vision tubulaire ou périphérique.

La classification de l’ISBA comprend ce qui suit :

  • B1 : Incapable de percevoir la lumière
  • B2 : Capable de percevoir la lumière, mais non les formes
  • B3 : Capable de percevoir la lumière et le formes, mais en partie seulement

Le présent avis a pour but de vous fournir un point de départ afin de déterminer si un judoka de votre club correspond à ces descriptions. Le cas échéant, je vous invite à communiquer avec moi afin que je puisse vous faire parvenir la description technique de la déficience visuelle. La déficience du judoka admissible en fonction des critères pourra ensuite être confirmée par un ophtalmologiste.

L’équipe de judo pour athlètes ayant une déficience visuelle offrira à tous les judokas admissibles une possibilité de faire partie de l’équipe et de prendre part à des compétitions internationales. Veuillez prendre note que le judo pour athlètes ayant une déficience individuelle est, par nature, un sport de haut niveau. Cela dit, chaque judoka aura la possibilité de démontrer son habileté et de se mériter une place au sein de l’équipe.

Pour toute question à ce sujet, veuillez communiquer avec :

Tom Thompson

100, route Cornwell, Brantford (On) N3T 5M1

Tél.: 519 752-0687 / courriel : bjc@bfree.on.ca

Laisser un commentaire