shopping-bag 0
Articles: 0
Sous-total: 0.00 $
Voir le panier Check-out

Single Blog Title

This is a single blog caption

Jeux olympiques

Plusieurs judokas canadiens bien placés à un an des Jeux olympiques

Montréal, 12 avril 2011 – Le tournoi des Championnats panaméricains de judo, présentés à Guadalajara (Mexique) il y a une dizaine de jours, marque la mi-chemin du processus de qualification olympique en vue des Jeux de Londres.

Les Jeux présentés dans la capitale britannique marqueront la fin d’un nouveau processus de sélection olympique comme l’indique l’entraîneur national Nicolas Gill. « De 1996 à 2008, les sélections se faisaient par continent. Maintenant, c’est selon le classement mondial, où les cinq meilleures performances de chaque athlète sont retenues pour chaque année de ce processus de deux ans. »

Aux Jeux olympiques de Pékin, le Canada comptait sur cinq judokas. Si le processus prenait fin immédiatement, c’est neuf Canadiens qui seraient au prochain tournoi olympique.

Comme c’est le cas à chaque édition des Jeux, les pays seront toutefois limités à un seul représentant par catégorie. De chaudes luttes sont donc à prévoir au sein même de l’équipe canadienne. Répondant tous les deux aux critères internationaux, Sergio Pessoa et Frazer Will sont présentement au coude à coude chez les -60 kg, tandis que Michal Popiel et Sasha Mehmedovic sont dans la même situation dans la catégorie des -66 kg.

Nicholas Tritton (-73 kg), Antoine Valois-Fortier (-81 kg), Alexandre Émond (-90 kg), Myriam Lamarche (-63 kg), Kelita Zupancic (-70 kg) et Marylise Lévesque (-78 kg) répondent eux aussi tous au critère d’être classé dans les 14 premiers femmes ou 22 premiers hommes au classement mondial de leur catégorie. Joliane Melançon (-57 kg) serait elle aussi qualifiée si la sélection prenait fin aujourd’hui.

ême si ces athlètes sont tous en excellente position à la mi-parcours, ils ne devront pas baisser la garde, car d’autres tenteront de les déloger au cours de la prochaine année.

« C’est un long marathon et le plus longtemps que nous aurons des athlètes dans la course, plus nous avons les chances d’avoir un athlète qui sera qualifié et en santé, croit Gill. Par exemple, Sergio Pessoa a subi une blessure, ce qui a ouvert la porte à Frazer Will pour qu’il marque des points aux Championnats panaméricains et qu’il monte au classement. Ces deux athlètes performent bien, alors c’est l’idéal pour nous. »

Le point de vue du côté des athlètes sera toutefois un peu différent comme le reconnaît le double médaillé olympique.

« Dans la catégorie des -78 kg, elles sont trois dans la course. Marylise Lévesque est en avance, mais Catherine Roberge sera de retour à la suite d’une blessure et Amy Cotton est entre les deux. Peu de points séparent les trois filles, sauf que Marylise est la seule à se classer dans les 14 premières au monde. Il ne s’agit que d’une grosse performance de Catherine ou d’Amy pour qu’elles regrimpent au classement. Ce n’est pas facile pour les athlètes, car les places sont limitées et c’est très serré. »

Le point culminant des sélections olympiques aura lieu à Montréal, au printemps 2012, dans le cadre des Championnats panaméricains.

« C’est là où ça va se décider jusqu’au dernier combat », de conclure celui qui vivra sa deuxième participation olympique à titre d’entraîneur.

Rédigé par Sportcom pour Judo Canada

Information : 514 990-0966 / 1 866 990-0966

Laisser un commentaire