shopping-bag 0
Articles: 0
Sous-total: 0.00 $
Voir le panier Check-out

Single Blog Title

This is a single blog caption

Joliane Melançon athlète du mois

Joliane Melançon athlète du mois à Sportcom

Par : Mathieu Laberge

 

En constante progression

Montréal, 17 novembre 2011 (Sportcom) – Mine de rien, la judoka Joliane Melançon est en train de consolider ses assises qui pourraient bien l’amener jusqu’aux Jeux olympiques de Londres. La fin de semaine dernière, la Blainvilloise a franchi une autre étape en remportant la médaille d’or chez les moins de 57 kg à la Coupe du monde des Samoa, un petit archipel situé en Polynésie. Grâce à cette prestation, elle reçoit le titre d’Athlète Sportcom de la semaine du 14 novembre.


Dur, dur d’être constante

Les derniers résultats internationaux obtenus par Joliane démontrent clairement sa constance tournoi après tournoi. Avant sa neuvième place obtenue aux Championnats du mondé présentés à Paris en septembre, l’athlète de 25 ans avait enchaîné les Tops-5 aux étapes estivales du circuit de la Coupe du monde. Cela n’a toutefois pas été une longue route facile.


Blessée au pied droit à la suite d’un accident anodin survenu à l’entraînement, la Québécoise était loin d’être au sommet de sa forme les dernières semaines.


« Je n’ai pas pu m’entraîner convenablement pendant deux semaines et, en plus, j’étais incapable de courir. Heureusement, cela n’a pas affecté mes performances », explique celle qui a été médaillée d’argent aux Jeux panaméricains, le mois dernier, à Guadalajara.


Le plaisir de bouger

Joliane a commencé à pratiquer le judo à l’âge de 8 ans, simplement pour imiter son frère un peu plus vieux. Peu de temps après ses débuts, alors que son frère remisait son judogi pour de bon, la jeune fille prenait goût à son nouveau sport. « Mon goût pour la compétition s’est développé avec le temps. Plus jeune, j’aimais toujours me tirailler et j’étais un peu tom boy. »


C’est d’ailleurs son goût pour l’action qui l’a menée vers des études en éducation physique à l’UQAM.


« J’ai travaillé dans un camp de jour pendant cinq ans et c’est là que j’ai découvert que j’aimais travailler avec des enfants. Avec eux, il y a toujours des surprises et la bonne humeur est au rendez-vous », soutient celle qui est membre du Club de judo de Varennes.


Le dernier droit vers Londres

Le processus de sélection olympique mis en place par la Fédération internationale de judo oblige les athlètes à aller se battre aux quatre coins du monde – à grands frais d’ailleurs – s’ils veulent amasser un maximum de points au classement mondial et ainsi améliorer leurs chances d’obtenir leur qualification.


Joliane confirmera d’ailleurs au cours des prochains jours si elle sera des épreuvescompétitions de Coupes du monde qui auront lieu au Japon et en Chine en décembre, car autant elle est motivée pour aller y amasser des points, autant le voyagement nécessaire pour se rendre en Asie la rebute.


« Je ne sais plus combien d’heures j’ai passées dans les avions et les aéroports au cours des dernières semaines. »


D’ailleurs, lorsque Sportcom lui a laissé un message pour une demande d’entrevue mercredi midi, elle a rappelé une heure plus tard en s’excusant : « Désolée, mais je dormais » a dit l’athlète qui subissait encore les effets du décalage horaire des Samoa.


La Blainvilloise est présentement 17e au classement mondial. Si l’on tient compte que les pays n’ont droit qu’à une seule représentante par catégorie aux Jeux olympiques, elle remonte au 15e rang. À la fin du processus de sélection olympique, seules les 14 premières au classement de chaque catégorie (et au maximum d’une athlète par pays) seront retenues. Les autres places restantes seront attribuées aux Championnats continentaux. Dans le cas des Championnats des Amériques, ils auront lieu à Montréal, en avril.

Au moment de se lancer dans le dernier droit qui la mènera peut-être aux Jeux de Londres, principale intéressée ne s’en fait pas trop.


« J’essaie de ne pas trop penser à la finalité qui est d’obtenir ma qualification olympique. Je veux juste profiter de chaque instant de ce processus. Ma vision du sport a toujours été de donner tout ce que j’ai et, jusqu’à maintenant, les résultats ont suivi. »

Laisser un commentaire