shopping-bag 0
Articles: 0
Sous-total: 0.00 $
Voir le panier Check-out

Single Blog Title

This is a single blog caption
Photo des 6 intronisés portant le tracksuit Judo Québec : De gauche à droite, Alexandre Émond, Nicholas Tritton, Amy Cotton, Joliane Mélançon, Frazer Will, et Sasha Mehmedovic

Cotton, Melançon, Émond, Mehmedovic, Tritton et Will maintenant au temple

Six athlètes ont rejoint les immortels du judo québécois samedi dernier. Dans le cadre de son Gala Temple de la renommée, Judo Québec a en effet offert une place toute spéciale dans son histoire à Amy Cotton, Joliane Melançon, Alexandre Émond, Sasha Mehmedovic, Nicholas Tritton et Frazer Will.

La célébration, qui s’est déroulée à la Plaza Antique de Montréal, a permis à plusieurs des meilleurs judokas des années 2000 de se remémorer quelques souvenirs marquants de leur illustre carrière.

Photo des 6 intronisés en judogi : De gauche à droite, Sasha Mehmedovic, Frazer Will, Amy Cotton, Alexandre Émond, Joliane Melançon et Nicholas Tritton.

De gauche à droite, Sasha Mehmedovic, Frazer Will, Amy Cotton, Alexandre Émond, Joliane Melançon et Nicholas Tritton. [Crédit photo : Nicolae Buceatchi]

Maintenant entraîneure en Saskatchewan, Amy Cotton a pu à nouveau admirer son parcours, qui comprend une impressionnante récolte de 21 médailles dans les Coupes du monde. La membre du club Shidokan et Néo-Écossaise d’origine a également participé aux Jeux olympiques de 2004 et de 2012, terminé septième aux Championnats du monde de 2005 et de 2009 et récolté une médaille de bronze au Grand Chelem de Tokyo en 2012.

Joliane Melançon est pour sa part montée pas moins de six fois sur la première marche du podium des Championnats canadiens. Celle pour qui tout a commencé au dojo de Blainville a aussi pris part aux Jeux de 2012 à Londres et s’est classée neuvième aux mondiaux de 2009 et de 2011. L’ancienne représentante du club de Varennes est maintenant professeur d’éducation physique et entraîneure provinciale adjointe à Judo Québec.

Sacré cinq fois champion national, Alexandre Émond a également combattu sur les tatamis olympiques dans la capitale britannique et obtenu une 9e place aux Championnats du monde de 2010. L’entraîneur canadien des moins de 21 et 18 ans a fait ses débuts à Varennes, avant de poursuivre ses apprentissages au club de Boucherville, en route vers sept médailles de Coupes du monde et sept autres des Championnats panaméricains.

Photo des 6 intronisés portant le tracksuit Judo Québec : De gauche à droite, Alexandre Émond, Nicholas Tritton, Amy Cotton, Joliane Mélançon, Frazer Will, et Sasha Mehmedovic

De gauche à droite, Alexandre Émond, Nicholas Tritton, Amy Cotton, Joliane Mélançon, Frazer Will, et Sasha Mehmedovic [Crédit photo : Nicolae Buceatchi]

Après un déménagement de l’Ontario au Shidokan au milieu des années 2000, Sasha Mehmedovic a vécu ses meilleurs moments en carrière. L’entraîneur national du programme féminin a effectivement terminé septième aux mondiaux de 2007 et a représenté le pays aux Jeux de 2008 et 2012.

Nicholas Tritton a suivi un cheminement similaire à celui de Mehmedovic, quittant l’Ontario pour s’entraîner au Shidokan. Ses sacrifices lui ont aussi permis de se battre à Pékin en 2008 ainsi qu’à Londres en 2012. Surtout, l’entraîneur professionnel et propriétaire d’un gymnase a mis la main sur des médailles de bronze au Grand Chelem de Tokyo de 2009 et 2010.

Quant à Frazer Will, c’est sa Saskatchewan natale qu’il a laissée pour s’installer au Shidokan. L’entrepreneur en agriculture et restauration a affiché sa superbe aux Jeux olympiques de 2008, où il s’est classé septième. Neuvième aux Championnats du monde de 2010, le quadruple champion canadien a fini cinquième au tournoi de Paris en 2004.

Photo de groupe. Les nouveaux intronisés au Temple de la renommée de Judo Québec en compagnie des participants au stage technique d’hiver – camp d’hiver

Les nouveaux intronisés au Temple de la renommée de Judo Québec en compagnie des participants au stage technique d’hiver – camp d’hiver. [Crédit photo : Nicolae Buceatchi]

Ces six athlètes de haut niveau ont par ailleurs été invités à être entraîneurs lors du traditionnel stage technique d’hiver – camp d’hiver de Judo Québec, qui a eu lieu les 4, 5 et 6 janvier. Ils ont bonifié l’apprentissage des quelque 200 participants en leur montrant notamment leurs meilleurs mouvements.

Judo Québec a également profité de son Gala Temple de la renommée pour souligner les médailles de bronze remportées cette année aux Championnats du monde par Alexandre Arencibia chez les juniors et par Priscilla Gagné en parajudo.

Crédit photos : Nicolae Buceatchi