shopping-bag 0
Articles: 0
Sous-total: 0.00 $
Voir le panier Check-out

Single Blog Title

This is a single blog caption

50 ans pour le Club de judo St-Jean Bosco

 

 Cette année, le club de judo Loisirs Saint-Jean Bosco fête un demi-siècle d’histoire, ce qui en fait un des plus vieux clubs au Québec. Pour l’occasion, un livre retraçant ses cinquante années d’existence paraîtra sur le site Internet du club. Il ne fait aucun doute que la route a été marquée d’obstacles, mais comme on dit, l’important c’est le voyage… 

 

Fondé en 1957 par un jeune judoka passionné, gradé ceinture verte seulement, le club de judo Loisirs Saint-Jean Bosco de Gatineau dispense ses premières classes dans le sous-sol d’une église paroissiale, au coût de 25 sous. N’étant pas shodan, le jeune Jacques Beaudry fait équipe avec Roger Gauthier (Shodan) et François Bélair (alors ceinture bleue), et bâtit ainsi un club solide pour la communauté et basé sur la force du bénévolat. Monsieur Beaudry a conservé la même vision au cours des années, c’est-à-dire que le recrutement et l’accomplissement de toutes responsabilités au sein du club seront effectués de façon exclusivement volontaire. En effet, les affiliations sont demeurées au coût le plus bas possible au fil des ans, les profits ne servant qu’à récompenser et encourager les élèves, notamment en leur remettant des médailles ou trophées. 

 

De gauche à droite, Jacques Beaudry, Roger Gauthier et François Bélair

 

Malgré des débuts modestes, le club ne tarde pas à grossir, nécessitant de plus en plus d’espace. Au cours des années, le dojo s’installe dans différents locaux, passant souvent d’un sous-sol d’église, à une salle communautaire, à un gymnase d’école… Cependant, lorsque le club trouve un toit au Centre Saint-Joseph en 1971, sa direction se retrouve entre les mains de Monsieur Gilles Champagne. Peu de temps après, le club ferme durant neuf ans, jusqu’au retour de son fondateur. Le dojo retrouve alors sa vocation communautaire, en priorité aux jeunes de la paroisse. Ce nouveau départ se fait lentement, Monsieur Beaudry enseigne alors à une trentaine de jeunes, à raison d’une classe par semaine. En 1982, avec la demande croissante, Jacques recrute Gérald Gravelle et son fils André (tous deux ceintures vertes à l’époque) à titre d’entraîneurs. Depuis, le bouche-à-oreille continue son oeuvre et le nombre de membres ne cesse d’augmenter. C’est finalement en 2000 que la ville offre un local permanent pour accueillir la famille grandissante de judokas, jeunes et moins jeunes, au 122 rue Berri, secteur Hull, à Gatineau.

 

Au cours de son existence, le dojo s’est toujours investi à aider la communauté. Outre les activités entre les membres du club, comme les fêtes de Noël ou les échanges culturels (France, Japon), le club s’engage concrètement dans différents programmes communautaires. Trop souvent les clubs de judo demeurent entre leurs quatre murs, confortablement installés sur leurs tatamis. Ici, Jacques Beaudry fait les choses autrement grâce à un partenariat avec le poste de police communautaire de Mont-Bleu. Plusieurs projets ont vu le jour, dont, entres autres, des classes d’autodéfense pour aînés afin de contrer leur insécurité. Jusqu’à 500 aînés ont joui de l’opportunité. De plus, ils ont mis en place un programme s’adressant aux jeunes contrevenants à qui l’on offre des alternatives à la judiciarisation. Connu pour ses effets bénéfiques sur le comportement de certains jeunes, le judo devient ainsi une façon de prévenir les actes de délinquance. En collaboration avec le poste de police communautaire Yvon A. Grégoire, ce nouveau projet a pris de l’ampleur au cours des dernières années. Monsieur Beaudry affirme qu’il a vu une réelle transformation de ces adolescents. Le club Loisirs Saint-Jean Bosco a même accueilli deux jeunes ex-contrevenantes marquées par le judo, bien qu’elles n’avaient pas les moyens de défrayer les cours. 

 

50 ans de judo, d’entraide, de dynamisme, de présence communautaire… puisque le voyage est plus important que la destination, c’est entouré d’une équipe de bénévoles enthousiastes et de membres passionnés que nous souhaitons au club de judo Loisirs Saint-Jean Bosco  de poursuivre son chemin, ciel bleu, ciel gris. 

 

Un mot de notre président, monsieur Daniel DeAngelis:

 

«Je tiens à féliciter les membres du club de judo Loisirs Saint-Jean Bosco pour cet événement très particulier. Fêter ses 50 ans est un événement en soi quand un club de judo fête ses 50 ans, c’est exceptionnel. Le club Saint-Jean Bosco est le berceau du judo dans la région de Gatineau et un des rares clubs à atteindre cette étape. Vous faites partie de l’histoire du judo québécois.»

 

Laisser un commentaire