shopping-bag 0
Articles: 0
Sous-total: 0.00 $
Voir le panier Check-out

Single Blog Title

This is a single blog caption

Fermeture du club Seidokwan

C’est avec tristesse qu’aujourd’hui nous vous annonçons la fermeture du plus vieux dojo du Québec. En effet, le club Seidokwan aura participé à sa dernière saison en 2018-2019. Judo Québec tient à remercier tous les entraîneurs, les administrateurs et les membres qui ont contribué de près ou de loin au succès du club Seidokwan durant plusieurs années.

 

Historique du club Seidokwan:
Le nom SEIDOKWAN vient des caractères, Kanji « SEI » (sincérité), « DO » (voie) et « KWAN » (académie). 

En 1952, le Club ouvrit son premier dojo sur la rue Rachel, dans le Centre de loisirs d’une paroisse catholique. Entre 1952 et 1966, le SEIDOKWAN a déménagé trois fois: d’abord, dans un édifice situé à l’angle des rues Drolet et Duluth;  ensuite, dans un centre communautaire catholique, au 175, rue Sherbrooke Est, et puis, au 34,  rue Notre-Dame Est.

De 1966 à 1983, le Club a eu un emplacement stable, à Ville Saint-Laurent: au 305 boul. Décarie (juste au nord de l’intersection des boulevards Décarie et Métropolitain). Depuis, le dojo fut situé respectivement: à l’angle des rues Victoria et Jean-Talon (de 1983 à 1986), au Cégep du Vieux-Montréal (de 1986 à 1989) , dans l’Ouest de l’Ile, au Centre communautaire Sunnybrooke (de 1989 à 1997) et depuis au 10417A boul. Gouin,  à Roxboro.

Grâce aux efforts conjugués d’un groupe de Canadiens d’origine japonaise désireux de fonder une école de judo à Montréal, le SEIDOKWAN a vu le jour en 1952. Plusieurs des membres fondateurs avaient déjà pratiqué le judo en Colombie-Britannique, avant d’être forcés de déménager lors de la Seconde Guerre mondiale.  Ils voulaient continuer à pratiquer leur sport et désiraient, offrir à leurs enfants, la discipline et l’entraînement physique que procurent le judo.

Les membre fondateurs du SEIDOKWAN étaient nombreux: en fait, on peut facilement dire que toute la communauté de Canadiens d’origine japonaise a participé à la mise sur pied du Club, à ses débuts, tant pour l’aménagement du dojo que pour les cours de judo. Toutefois, quelques judokas ont formé le noyau du Club. Il s’agit de: MM. Kametaro Akiyama *,  Fred Y. Okimura,  Harold Hideo Tokairin*.

Les autre judokas enthousiastes qui se sont joints à eux pour fonder le SEIDOKWAN furent:  MM. Kyosuke Asano*(Président fondateur), Ryukichi Miyake*, le Rév. Yoshio Ono*, Fujikazu Tanaka * (2président du Club).

MM. Y. Niiya, B. Sakamoto, et S. Koyama méritent une mention très spéciale pour avoir effectué la plupart des travaux de construction: entre autres, une plate-forme pour le tatami ainsi que des murs pour les vestiaires et le bureau.

Dans les coulisses, un homme a eu une grande influence au sein des membres du Club: il s’agit de M. Atsumu « Sen » Kamino*, souvent appelé le « Parrain » du judo au Canada. Il a encouragé les judokas issei et nisei (première et deuxième générations de Canadiens d’origine japonaise) à continuer à pratiquer le judo et à former des clubs dans leur région.

Après les débuts du Club, le nombre de membres a augmenté rapidement: ils n’étaient pas tous d’origine japonaise et venaient de tous les milieux et de tous les coins de la ville. Plusieurs de ces membres ont obtenu leur ceinture noire et se sont distingués lors de compétitions. Plusieurs autres membres ont occupé des postes au sein du Conseil d’administration  et ont contribué à l’essor du Club, pendant ces années.

De grands changements ont marqué le monde du judo et celui du SEIDOKWAN.  Toutefois, même si le judo est devenu un sport international, le SEIDOKWAN demeure un organisme à but non lucratif et tous ses “sensei” sont bénévoles. De plus, le Club met toujours  de l’avant les principes fondamentaux du judo, ce qui a toujours constitué le caractère distinctif du SEIDOKWAN.

Membre de Seidokwan en 1958 

Arrière:
Jim Saimoto, John Finn, Kevin Jones, Shozo Asano.

Devant:
Doug Rogers*, John MacCormick, Harry Payne.  1958

 *M. Rogers est devenu le premier Canadien à gagner une medaille olympique en Judo  (Argent 1964)


Trophée “Bunny Sabbath”

Source: ACADÉMIE DE JUDO SEIDOKWAN INC., Bref histoire, [http://www.seidokwan.com/histoire.html], page consultée le 26 septembre 2019.